Nombre total de pages vues

samedi 2 avril 2016

Le géant poétique

Le langage des fleurs et des choses muettes ( ou Les fleurs du mal )



Anselm Kiefer    Centre Pompidou





J'ai toujours aimé, en reproduction, la peinture d' Anselm Kiefer, mais je ne l'avais jamais vue " en vrai", et j'appréhendais un peu une déception comme celle causée par Joan Mitchell, par exemple. Je le dis tout de suite : ce ne fut pas le cas.

Disons que la surprise...fut plutôt du côté des formats, je savais qu'il affectionnait les grands formats, mais je n'imaginais pas à quel point !




Une idée de l'échelle...



La première salle de l'exposition, bon, ce sont des oeuvres anciennes, truffées de symboles divers et variés qui, je dois dire, ne m'interpellent pas des masses. Mais déjà, il y a des fonds et des détails superbes, alors le sens...je laisse les autres lire avidement les laïus ( laïi ? ) ici et là. Dans la seconde salle, des aquarelles ( tiens, l'aquarelle gondolée, c'est tendance, ça tombe bien...pour mes pauvres petites qui ont pris une malencontreuse douche dans mon palais provençal )




Extase féminine

On fait son petit Egon Schiele ?
( ce n'est pas le titre ! )
























Ces fleurs m'enchantent, plus que les personnages incontestablement. Mais je n'ai encore rien vu...


Anselm Kiefer est un obsessionnel. Les trucs écrits ( très beau graphisme, d'ailleurs, les livres, les collages, les sillons...





Nuremberg    1980

Oh épis vous épis oh épis de la nuit     2012

Wege märkischer sand        photo R.Bayer

Siegfried oublie Brünnhilde       1975
.


















































..les ruines...



Les colonnes   1983      Louisiana Danemark



Oui, c'est monumental, certainement cela a un sens profond, mais honnêtement, je m'en fous.

Ce qui me fascine, chez cet artiste, c'est ...la peinture. Le corps à corps avec la matière, la générosité ( il y en a des couches ! et en plus, j'ai vu sur You Tube ( mais oui, il n'y a pas que des rappeurs déchaînés )  que parfois, il se livrait à des opérations de grattage compulsif, et en plus après il récupère les morceaux tombés...pour d'autres aventures ! ) le sens de la composition, bref, tout ce qui fait la peinture.


Une salle est dévolue à ce qu'il appelle des "vitrines",  installations de récupérations ( j'imagine son atelier ! 😊 ) d'objets divers, d'une beauté et d'une poésie extraordinaires. Un seul bémol : elles ne sont pas vraiment mises en valeur, ( en plus il y a foule ) toutes les unes à la queue-leu-leu dans un espace finalement restreint, dommage...





Daphné



Après la salle des vitrines, on sort des couleurs terre, des gris ( c'est un maître du gris, comme Goya ou Manet ) pour arriver à ma salle préférée, celle du " dormeur du val" et de deux sublimes compositions de fleurs ( en-tête  et ci-dessous )









Böse blumen




Détail de fleurs



Quittons Anselm Kiefer et sa "cuisine" monumentale avec un détail d'un tableau qui me parle particulièrement ...


 


Au peintre inconnu ( détail )    1982     BvB  Rotterdam




Margarethe ( détail)   1981   MMA San Francisco


et la magnifique ...et mystérieuse Margarethe, superbe composition agrémentée d' éléments végétaux.
Retrouver la réalité du Centre Pompidou, et son esthétique follement soixante-huitarde, après cette immersion poétique, c'est dur....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Donnez-moi votre avis sur mon travail, et surtout, n'hésitez-pas à me contredire...si vous trouvez que j'exagère...!!